Au fil des mots, les maux passent

Au fil des mots, les maux passent

Le rêve de mon enfant

 

 

Rose est assise sur une branche

Les chaussettes jusqu’aux genoux

L’écharpe lovée autour du cou

Elle rêve en ce froid dimanche…

 

Que la mort n’existe pas

Que toutes les peurs sont envolées

Que chaque pleur est asséché

Et que les anges veillent ici-bas

 

C’est une prière bien plus qu’un rêve

Un monde charmant qui ensorcelle

En lui offrant mille merveilles

Où tous les maux seraient en trêve :

 

Un enfant restant enfant

De l’insouciance sous les rires

Le temps se fige pour ne pas vieillir

Et des parents jamais mourants

 

Un vœu d’amour de cette enfant

Qui ne veut pas que les souvenirs

Prennent le pas sur l’avenir

Effacent les joies qu’elle ressent…

 

C’est le rêve de mon enfant

Mais c’est aussi mon rêve… de maman

 

 

Février 2015

 

@Au fil des mots, les maux passent



25/02/2015
5 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 57 autres membres