Au fil des mots, les maux passent

Au fil des mots, les maux passent

Grâce et la névrose d'abandon

 

 Et si le plus simple à donner dans la vie c’était juste de la présence, rien d’autre ?!?...

 

 

Grâce est seule encore une fois

Rien de très grave pourtant en soi

Sauf que pour elle c’est paniquant

Vestiges de manque encore présents

 

Hier, elle a souffert d’absence et d’abandon

Longues errances d’amour utile

Malgré sa force de compréhension

Le mal est là, indélébile

 

Grâce a tant besoin de présence

Qu’elle en réclame en permanence

Comme un soutien aux peines anciennes

Elle vit la crainte qu’elles ne reviennent

 

Chaque jour seule, c’est la rengaine

Le mal au ventre, les pleurs et la migraine

C’est sa névrose d’abandon

Qui la dévore sans façon

 

Grâce est isolée, se sent mal aimée

Elle redevient la petite fille

Que l’on délaisse, toute fragile

La pensant forte à encaisser

 

Elle s’accroche au présent, ultra câline

Elle rattrape les moments de solitude

Ne veut plus de ses larmes opalines

Versées en nombre par lassitude

 

Grâce ne veut plus prendre sur elle

Faire l’effort la fatigue

Elle veut maint’nant qu’on prenne soin d’elle

Et de l’amour, qu’on lui prodigue

 

La névrose a gagné la bataille

Invincible, vissée du crâne jusqu’aux entrailles

Pas grave ; il suffit juste d’aider Grâce

Etre auprès d’elle, remplir l’espace !

 

 

Septembre 2014

 

@Au fil des mots, les maux passent

 



25/09/2014
4 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 56 autres membres