Sophie Garrec * Correctrice - chroniqueuse - auteure - parolière

Sophie Garrec  *  Correctrice - chroniqueuse - auteure - parolière

Écrire un monologue (exemple)

 

Exercice réalisé dans le cadre de ma formation d'écrivain public.

 

 

Sujet :

De nos jours, certains critiquent l’utilisation abusive que les jeunes gens font de leur ordinateur, sous prétexte que l’informatique inhibe la création. Vous mettrez en scène votre conception, qui réfutera ce point de vue, dans un monologue ironique, tout en intégrant, et prévenant, les critiques de vos adversaires.

 

 

 

 

            « L’utilisation abusive de l’informatique inhibe la création des jeunes ?

Quoi ? Comment ? Devrions-nous nous « connecter » à vos modes de pensées pour mieux comprendre ?

Minute… connexion faite… nous entendons votre discours :

-         avec l’informatique, nous ne saurions plus réfléchir seul et nous perdrions le contrôle de notre esprit ?

-         il ne faut pas bousculer les traditions de peur de changer le monde ?

-         à cause de l’ordinateur, ce serait la fin des inégalités car tout le monde pourrait avoir recours au savoir ?

Brrr ! cette machine paraît terrifiante vue sous cet angle ! Notre angle est un brin plus flatteur et nous prenons le risque de nous faire manger par cette odieuse machine à vos yeux en affirmant que, NON, l’ordinateur n’inhibe pas la création ; au contraire, il la sublime !

Il apparaît que, chers ennemis de position, derrière votre point de vue, se cachent des craintes bien plus inavouables et des peurs profondes que nous saurons, sans doute, soigner avec une pointe de créativité, jeunes gens connectés que nous sommes !

Alors osons créer cette petite réflexion pour changer la vôtre et voyons pourquoi vos arguments manquent de nous convaincre.

 

            À force d’utilisation massive de l’ordinateur, nous ne saurions plus réfléchir seuls ?

Chers ennemis, vous, fébriles à cette nouvelle chose inventée par l’homme, donc par vos concitoyens ; vous qui avez peur de perdre le fil et le contrôle de votre esprit comme si une machine pouvait anéantir votre intelligence, diminuer votre savoir et tuer votre réflexion, vous allez contre votre idéal en limitant votre pouvoir créatif.

Non, l’utilisation abusive de l’informatique n’inhibe pas la création ! Au contraire, n’en vous déplaise, vous devriez sauter sur votre clavier de ce pas pour combattre cette idée fausse.

L’ordinateur, géniale nouveauté du siècle dernier, est une source intarissable de réflexion et de créativité ! Essayez, vous verrez, vos neurones en ébullition n’en reviendront pas ! Laissez une chance d’exister et de vous convaincre à l’ordinateur en légitimant son utilisation car votre ignorance nuit à votre progrès et donc à votre créativité. Ignorer le pouvoir de l’informatique, c’est ignorer le progrès !

Bien sûr, il est difficile d’imaginer quoi que ce soit tant qu’on ne l’a pas sous le nez, qu’on le hume ou qu’on le touche… Vous devez pourtant croire à tout (n’est-ce pas un exercice de création justement ?), même à l’improbable car on ne peut jurer de rien quand on est dans l’ignorance.

Ignorer = stagner = ne pas avancer = statut quo = ne pas réfléchir = ne pas produire = ne pas créer !

La science peut justement nous aider ; celle de l’informatique aussi ; hourra !

Elle permet des choses qu’on n’aurait pu imaginer et que notre esprit ne saurait créer seul. N’ayez peur, l’informatique ne va pas vous attaquer ! Elle n’a ni jambe ni bras et a pour seul cerveau tous ceux de la terre réunis. Quel potentiel créatif ! Ouf, elle ne prendra donc pas le dessus sur vous et vous ne perdrez pas votre contrôle. Au contraire, elle vous guidera et vous en ressortirez plus grands de savoir, de connaissance, de réflexion et ainsi avec un pouvoir créatif décuplé ! Waouh, vite à vos touches et vos câbles pour devenir des hommes et des femmes plus savants !

L’informatique est une science simple et peut tout au plus vous faciliter la vie quotidienne. Vous vous tourmentez l’esprit et le corps et vous vous fatiguez à trouver des solutions (que vous ne trouverez peut-être jamais seuls) ? Facilitez-vous la vie, reposez-vous, posez vos pieds en éventail, sirotez un thé bien chaud et pianotez avec fougue, vous n’en serez que plus productifs, inventifs et créatifs ! Vous serez encore plus maîtres de ce que vous faisiez car vous saurez aller à l’essentiel, dompter les éléments extérieurs perturbants votre esprit, les tourments, etc.

Vous saurez et, le savoir, c’est le progrès ; et l’ignorance son ennemi !

Ne réfutez plus le pouvoir de l’informatique sur la créativité. Si vous réfutez, c’est que vous ignorez et si vous ignorez, vous vous mettez vous-même des limites à votre propre créativité, ballot non ? Alors essayez, voyez, jugez… puis créez !

 

            Ah bon, vous trouvez qu’il ne faut pas bousculer les traditions car ça change trop le monde ? C’est grave de changer le monde, docteur ?

Ne seriez-vous pas trop conservateurs et traditionalistes ? Autant vous prévenir de suite de notre idée : la tradition nuit au progrès et à la création !

De toute façon, ne pouvons-nous pas dire que, par définition, les traditions se sont toujours opposées au progrès, quoi qu’il fût et dans quelconque domaine ?

La difficulté de remettre en cause les traditions ancestrales ou plus modernes (qui ont pourtant été un jour affaire de nouveauté sinon nous mangerions encore avec les mains, aurions des crocs d’animaux, des poils partout et marcherions à quatre pattes !) fait que la nouveauté est toujours et continuellement décriée, rejetée comme une contre-vérité. Serait-ce faire offense aux anciens détenteurs du savoir ou à certains pontes de quelques domaines que de leur dire que certes, leurs connaissances ont été appréciées en leur temps, mais que tout passe et que même les meilleures théories ont leurs limites ?

Cette trop grande légitimité dans le temps donnée aux discours des anciens crée la force des préjugés. On persécute alors la vérité dès qu’elle commence à apparaître. On ralentit la nouveauté et, par-là, on s’oppose au progrès. Mais on oublie que nouveauté ne veut pas forcément dire négation du passé. Elle peut être un passage en relais et en douceur vers quelque chose de mieux et de plus adéquate à notre vie de tous les jours.

La nouveauté change la face du monde, physique, moral, intellectuel. L’informatique en l’occurrence est une forme nouvelle d’art ; cet art rectifiera donc la nature actuelle des choses, c’est indéniable !

Mais à quoi bon refuser l’inéluctable ? À quoi bon s’accrocher à des modèles ou des pensées qui ne sont plus en adéquation avec l’évolution du monde ? Que cela plaise ou déplaise, n’en vous déplaise, c’est comme ça ! Vous perdez votre énergie, indispensable pourtant à la créativité, à réfuter le progrès. Laissez faire et voyez comment le génie moderne naîtra ! Sortez de votre idéologie traditionaliste étriquée, limitant vos paroles, vos actions et vos pensées. La nouveauté arrive, vous permettant plus de folies, quelques déviances bien mesurées ( !), ne limitant pas votre esprit à un schéma intellectuel prédéfini et dicté.

L’informatique est une source inépuisable en terme de création puisqu’elle n’est pas réduite à un modèle uniforme d’idées. Vous trouvez tout sur Internet, tout, de tout, pour tout, pour tous, partout, etc. Cela vous amène de nouveaux schémas de pensées, que, à votre tour, vous pouvez adopter, nier, modeler…

Grâce à cela, vous avez un recul sur votre vie parce que vous voyez celle des autres. Vous avez une réflexion réelle sur le monde parce que vous voyez le monde tel qu’il est réellement et pas tel qu’on vous le narre dans les livres, ou tel qu’on vous le raconte avec des représentations propres à chacun. Vous découvrez des choses, faites à votre tour découvrir d’autres choses ; c’est du partage ! Toutes ces découvertes et ces partages émergent en vous, se mélangent et font naître de nouvelles sensations, de nouvelles perceptions au niveau des cinq sens, de nouvelles émotions, etc.

Vous avez le potentiel d’être connectés à tous les domaines : musique, cuisine, modes de vie, physique, biologie, jardinage, TOUT, mes chers ennemis d’un jour, même l’impensable !

Vous persistez malgré tout à croire que l’ordinateur coupe du monde ? Au contraire, il relie au monde !

Il réduit la communication verbale entre les individus ? À voir dans le temps… mais il développe une autre sorte de communication avec des personnes parfois totalement différentes de vous car la communication est histoire de partage et pas seulement de langage !

Il n’y a plus (à lire « plu ») d’échanges entre les gens ? Au contraire, il y a plus (« plusse ») d’échanges puisque plus de facilité de rencontres virtuelles !

À tout cela, mes ennemis, nous vous forcerons à admettre, s’il le faut, que pour accéder à la créativité, il faut un recul indispensable sur le monde qui nous entoure, notre vie et celle des autres. Le recul, vous l’aurez par le partage et la reconnaissance de la connaissance de vos concitoyens.

Alors non, ne vous en déplaise, défenseurs de la créativité mono intérieure sur canapé, l’utilisation de l’informatique n’inhibe pas la créativité ! Ce sont les limites que vous vous imposez qui l’inhibent ! L’informatique peut être un tremplin faramineux à la naissance de nouvelles idées !

 

            N’y aurait-il pas quelque chose de plus profond à cette haine que vous vouez à l’informatique ? N’auriez-vous pas peur de perdre la domination que vous éprouvez par rapport aux autres ? L’utilisation de l’ordinateur par tous ne serait-il pas le moyen de mettre fin à des inégalités qui vous sont chères ?

Oui, à tout ce que nous avons réfléchi avant s’ajoute, chers détracteurs, la superstition que vous éprouvez à toute nouvelle chose qui remettrait en cause votre assise dans la vie et la sécurité que vous ressentez à contrôler vos émotions.

En fait, ne serait-ce pas plutôt le progrès en lui-même et la créativité qui vous font peur car vous ne savez pas où ils peuvent vous mener ? Petits coquins, nous pensions que c’était l’ordinateur en lui-même qui vous posait problème…

Hors de vos sentiers battus, auriez-vous peur de vous perdre ? De perdre votre âme et le contrôle des choses tout simplement ? Réfléchir serait-il néfaste ? Réfléchir serait-il malheureusement le moyen de découvrir que l’on n’est pas heureux ? Oui !

Mais découvrir cela laisse aussi présager une réflexion profonde pour changer la donne, non ? Bonne nouvelle, souriez, créez votre bonheur et s’il le faut, abandonnez-vous à l’informatique pour vous y aider. Conseils, plaisirs à vivre, idées de petits riens pour améliorer un quotidien, tout y est… Ce n’est pas parce que vous utilisez un ordinateur que vous ne contrôlez plus votre vie et que vous ne savez plus réfléchir seuls. Vous garderez toujours votre pouvoir de décision et votre liberté de raison.

En revanche, n’est-ce pas en réfutant l’utilité de l’informatique comme moyen d’expression et donc de créativité que vous limiterez votre pouvoir de raisonnement ?

Qui peut avancer dans la vie sans raisonner ? Ne pas laisser la possibilité de réfléchir aux individus n’est-il pas une forme de servitude qu’on leur impose ? N’est-il pas là un moyen de contrôler et d’affirmer les inégalités entre les êtres ?

La vérité vous paraîtra fâcheuse mais d’un sens philosophique, en vous imposant des limites de croyance au pouvoir d’une chose, vous vous ôtez en fait la possibilité de réfléchir ! Dingue !!! Il se passe alors l’effet inverse de ce que vous affirmez. Le boomerang vous revient en pleine tête, aïe !

Votre éducation sans doute vous a-t-elle menés sur le chemin d’une « religion » anti-progrès qui ôterait aux hommes la possibilité de réfléchir et qui, par un rapport tyrannique aux dictats de la société, vous ôterait votre liberté de raison. Cette servitude intellectuelle dicte vos pensées inconsciemment et vous fait craindre de perdre votre rapport au monde ; rapport de dominants à dominés, nous pouvons croire, au vu de votre peur de perdre quelque chose au lieu d’y gagner. N’avez-vous en fait pas peur que l’inégalité entre les hommes s’effondre ? Voulez-vous garder votre pouvoir (créatif) pour vous seuls ? Avez-vous peur que d’autres accèdent à votre don « inné » à l’aide d’outils capables d’améliorer leurs performances et donc vous égaler dans bien des domaines ?

Ainsi vous gardez le contrôle et le pouvoir en faisant croire à des plus faibles qu’ils ne sauraient progresser grâce à l’utilisation de l’informatique !

Rassurez-vous et soyez contents de ce qui suit, ingrats ! Les inégalités existeront toujours, pour votre bon plaisir. Même avec l’utilisation à outrance de l’outil informatique, certains auront toujours des possibilités intellectuelles réduites par rapport à d’autres. L’informatique peut certes aider mais ne peut pas changer fondamentalement l’essence de chacun. Il y aura toujours des inégalités de richesse, de naissance, physiques, intellectuelles, etc., c’est un fait et il ne saurait être question d’annihiler ces différences au risque de démolir au final la définition même de l’égalité.

Mais que diable, laissez ces pauvres gens, avides de savoir, s’enrichir d’idées nouvelles ! Ne soyez pas des tyranniques de la détention unique de la connaissance ! Pff, vous progresserez aussi, en même temps que tous les autres, mais à des échelles différentes. N’ôtez pas la possibilité aux individus de s’instruire et d’apprendre à réfléchir ; ce principe nuit gravement à la liberté de chacun et donc aussi à la vôtre !

Et n’oubliez pas que votre créativité naît aussi de celle des autres. Partager son savoir et accueillir celui d’autrui, c’est reconnaître une liberté de penser, d’exister et donc de créer !

 

Chers ennemis, devenus peut-être amis entre temps, n’avez-vous plus peur que LA machine vous tue ? Tue vos idées, votre pouvoir, vous quoi ?!

L’homme a créé l’ordinateur. Ce ne serait donc pas de l’ordinateur qu’il faudrait avoir peur mais de l’homme lui-même ! Voilà pourquoi, derrière cette affirmation désuète selon laquelle « l’utilisation abusive de l’informatique inhibe la création », se cachent des peurs bien plus profondes sur le potentiel incalculable et impalpable, et donc terrifiant, des hommes à changer le monde… et à vous égaler, petits jaloux !

Vous vous trompez de débat, chers ennemis !

NON, l’ordinateur n’inhibe pas la création. Ce sont juste les limites que chacun s’impose qui la limitent. Au contraire, l’informatique est un formidable outil, devenu aujourd’hui indispensable, à la création ! Il permet de dépasser ses pensées et d’aller au-delà de ce que notre esprit aurait pu créer seul. Il permet l’échange, la communication et le partage. Il peut même parfois couper de l’isolement. Alors vite, à vos claviers, l’ordinateur ne vous tuera pas, c’est à vous de tuer vos préjugés et d’exterminer vos peurs ! »

 

 

Texte : Sophie Garrec pour Porte-Plume - 2013



04/05/2018
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 63 autres membres