Au fil des mots, les maux passent

Au fil des mots, les maux passent

Instantanés / Christelle Dumarchat

Chronique réalisée pour le blog de Céline Thibault.

Article, couverture et détails sur le recueil à retrouver ici :

http://ivre.de.livre.chroniques.over-blog.com/2017/07/recueil-de-poesie-instantanes.html

 

 

Instantanés, Christelle Dumarchat

 

C’est avec curiosité que je décidais de lire ce recueil par un matin d’été timide où le soleil commençait à percer. Le titre m’appelait et j’imaginais une lecture aussi instantanée que le café soluble du même nom. Vite préparé, vite lu et vite apprécié…

 

Tout s’est presque passé ainsi…

 

Mon avis général

Ce recueil s’adresse avant tout aux amateurs de genres littéraires variés. Ceux qui aiment donc tous les cafés ! En l’absence de chapitres répertoriant les textes selon leur nature, le lecteur se voit lire tantôt un haïku, tantôt un poème, tantôt une humeur, tantôt une nouvelle.

Amateurs de récits contemplatifs et descriptifs, ce recueil est pour vous !

La mélancolie y est présente, ce qui rend l’ensemble assez émouvant, parfois. De la tristesse, de la nostalgie et une trop rare pointe d’humour composent ces instantanés.

L’ensemble est un peu philosophique, sage et apaisé (notamment pour les haïkus). On a l’impression que la conscience de l’auteure s’éveille.

 

Les +

. L’écrit est fluide et les phrases sont courtes. J’aime ce genre de phrases qui permettent au lecteur de respirer.

. Mention spéciale aux nouvelles qui auraient mérité un recueil à elles-seules.

. Les nouvelles Compromettant et Une étrange magie, ainsi que la poésie Nées femmes, ont retenu toute mon attention.

 

Les –

. Même si l’effet « instantané » est voulu, recherché et assumé par l’auteure, le lecteur ne s’y retrouve pas. Il cherche en vain un lien inexistant entre les textes. On aimerait au moins que les écrits (de natures diverses) soient regroupés par thèmes ou chapitres. Un instantané peut-il être organisé… ? Pour le lecteur, oui, c’est primordial car c’est toujours dérangeant de lire du pêle-mêle, de passer d’un genre à un autre sans fil conducteur.

. On apprécierait beaucoup que les haïkus, véritables moments instantanés pour le coup, soient présentés dans leur forme traditionnelle, à savoir sans ponctuation. Ils seraient ainsi plus poétiques, plus esthétiques et plus dans l’urgence du ressenti du moment présent.

. Sur l’ensemble du recueil, on aimerait une mise en page plus soignée et régulière (avec un parti pris à prendre sur le centrage des textes). Elle faciliterait la lecture et légitimerait le contenu en le mettant en valeur.

. On aimerait des photos aux couleurs plus nettes, plus vives et plus poétiques.

 

Pour résumer, ce café n’est pas instantané mais plutôt « préparé », comme un mélange de plusieurs arômes mixés qui mettent le lecteur, non pas en fuite, mais en grand questionnement sur ce qu’a voulu lui faire boire la barista. Ce mélange est dommage car certains arômes de ce recueil sont vraiment savoureux !

 

Sophie G.

 

 

 

 

 



27/09/2017
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 55 autres membres